L’AS/400 est-il mort ?

¿Está muerto el AS/400?

De nombreux professionnels de l'informatique utilisent encore le terme «AS / 400». On le voit dans les titres de poste et les associations professionnelles et les certifications. Elle a été intégrée au contenu que nous consommons en ligne et aux produits que nous utilisons tous les jours.

Et pourtant, «AS / 400 est-il mort?» Est une question fréquente dans la communauté des utilisateurs. Traduit librement, ce que les utilisateurs actuels, les demandeurs d'emploi et les organisations veulent savoir, c'est si une plateforme lancée en 1988 est toujours d'actualité.

Les réponses surprennent généralement les gens.

 

Qu'est ce que l'AS/400 ?  

En 1988, IBM lance le système AS/400. L'AS/400 est une architecture composée d'éléments matériels (l’AS400) et logiciels (l’OS/400), comportant notamment une base de données et de nombreuses fonctions.

Tous ses éléments ont subi de nombreuses mises à niveau, révisions et changements de nom au fil du temps. Techniquement, les machines que l’on appelle encore aujourd’hui AS/400 ou serveurs IBM iSeries sont des Power Systems qui exécutent un système d'exploitation appelé IBM i.

Dès le début, cette plateforme s’est distinguée par sa compatibilité ascendante. En effet, on peut toujours exécuter un programme créé sous AS/400 en 1988 sur un serveur Power Systems, sans aucun problème.

Cet excellent niveau de compatibilité est l'une des raisons pour lesquelles de nombreuses entreprises qui ont acheté un système AS/400 l’appellent toujours ainsi, même si leur serveur Power est beaucoup plus rapide et qu’il intègre des technologies actuelles.

IBM poursuit la mise à jour de cette plateforme, ils ont même déjà annoncé leurs projets sur IBM i. Tous les deux ou trois ans, ils proposent une nouvelle version matériel et logiciel qui présente des avancées considérables en termes de puissance de traitement et de fonctionnalités.

Évolution de l’AS/400
blog-as400-dead-pyramid-01.png
IBM Application System/400 (connu sous le sigle AS400)
L' AS/400 remplace le System/38 et ajoute une base de données relationnelle intégrée DB2.
1988
blog-as400-dead-pyramid-02.png
IBM Application System/400 (connu sous le sigle AS400)
Il conserve le système d’exploitation à base d’objet renommé OS/400, et sa machine virtuelle et les concepts d’espace adressable unique définissent la plateforme comme un ordinateur professionnel avancé.
1988
blog-as400-dead-pyramid-02.png
2000
IBM eServer iSeries
IBM introduit une nouvelle génération de serveurs pour gérer les besoins sans précédent du commerce électronique.
blog-as400-dead-pyramid-03.png
L’AS/400 est rebaptisé eServer iSeries et le système d’exploitation devient l’i5/OS pour correspondre aux processeurs POWER5.
2000
IBM eServer iSeries
blog-as400-dead-pyramid-03.png
2006
IBM System i
L’iSeries est rebaptisé System i, se distinguant du matériel System p, qui exécute AIX et Linux.
blog-as400-dead-pyramid-04.png
2006
IBM System i
System i5 se positionne comme une alternative « tout-en-un » à Windows pour les petites et les moyennes entreprises.

Le nom du système d’exploitation est raccourci pour devenir i5.
blog-as400-dead-pyramid-04.png
2008
IBM Power Systems
IBM intègre les plateformes System i et System p en un seul service unique et unifié, appelé Power Systems, prenant en charge les systèmes d’exploitation IBM i (anciennement i5), AIX (UNIX) et Linux.
blog-as400-dead-pyramid-05.png
2XXX
L’avenir
IBM i est sur le point d’entrer dans l’ère informatique cognitive avec un nouveau matériel disposant des capacités cognitives de l’intelligence artificielle Watson et du Bluemix d’IBM.
blog-as400-dead-pyramid-06.png
La plateforme est à la hauteur de sa réputation de fiabilité, d’évolutivité et de sécurité.
2XXX
L’avenir
blog-as400-dead-pyramid-06.png

Très bien, mais AS/400 est-il toujours utilisé ?

Plusieurs centaines de milliers d’ entreprises utilisent toujours l’AS/400 pour exécuter leur application stratégique puisqu’il est intégré à IBM i. Ses entreprises sont des banques, des hôpitaux, des fabricants, des distributeurs, des détaillants ou des agences gouvernementales.

Les systèmes méconnus. Peu utilisés pour la bureautique ou la productivité des employés, ces systèmes permettent de gérer des applications informatiques complexes, comme les systèmes ERP, les systèmes bancaires ou les systèmes de centres hospitaliers. 

Une récente enquête menée auprès des utilisateurs d’IBM i a révélé que 42 % d’entre eux exécutent entre 75 et 100 % de leur charge de travail et applications de gestion sur IBM i, ce qui signifie que cette plateforme est encore loin d’être morte.

D’autres statistiques récentes indiquent que de nombreuses entreprises utiliseront cette plateforme à l’avenir. En effet, 25 % des utilisateurs souhaitent augmenter leur charge de travail sur IBM i, et très peu déclarent vouloir la remplacer.

Alors, où est la controverse ?

Même si elle est puissante et pratique, cette plateforme a quelques défauts.

  • L’AS/400 est perçu comme obsolète. L’AS/400 a été créé en 1988 et bien qu’il ait été renommé à plusieurs reprises, il traîne une renommée de plateforme d’un autre temps. Malgré cela, il reste un élément essentiel de l'infrastructure informatique des meilleures entreprises et organismes au monde. Mais, le fait que ses utilisateurs l’appellent comme il y a 30 ans ne joue pas en sa faveur. Donc, il est temps de rétablir la vérité.

Donc, en définitive, l’AS/400 est-il vraiment mort ?

Non. On peut même dire que cette plateforme n’a jamais été aussi populaire ! Voyons ensemble pourquoi :

  • IBM i est un système évolutif. Les entreprises peuvent commencer avec un serveur 4 cœurs abordable et optimiser leurs machines pour bénéficier de 256 cœurs. Il est très rare qu’IBM i ne soit pas en mesure de répondre aux besoins de traitement d'une entreprise.
  • IBM i est sécurisable. Quand il est correctement configuré et équipé du bon logiciel, IBM i est très sûr.
  • IBM i est fiable. Ses utilisateurs louent souvent sa stabilité. Ce système offre en effet une stabilité à toute épreuve et des outils disponibles presque en permanence.
  • IBM i est moderne. En plus de pouvoir exécuter des programmes actuels, IBM i prend en charge un grand nombre de langages de développement natifs et open source comme : RPG, SQL, Java, .NET, PHP et C++.
  • IBM i est compatible. Depuis 1988, grâce à sa compatibilité ascendante, cette plateforme ne requiert aucune migration coûteuse lorsque les différentes plateformes sont mises à jour.
  • À travers différents secteurs, les entreprises du monde entier utilisent toujours la technologie AS/400, mais peut-être pas comme vous le pensez. Elle constitue la base de certains des serveurs et systèmes d’exploitation les plus puissants du marché actuel (comme Power Systems et IBM i).

    On peut même dire qu’elle poursuit son évolution, qu’elle devient de plus en plus robuste en s’adaptant aux technologies modernes et en offrant un avantage concurrentiel aux plus grandes entreprises du monde entier.

Qu’en pensez-vous ?

 
L’AS/400 est-il mort ?
Pas du tout d’accord ! Il ne survit qu’à travers IBM i.
Oui ! IBM i est toujours une technologie actuelle.
Do Quizzes
 
 
 
 
 
 
Quels sont les avantages d’IBM i ?

Demandez à n'importe quel utilisateur IBM i et ils vous diront qu’ils ont commencé à l’époque du Système/38 ou AS/400. Bon nombre de ces professionnels de l'informatique expérimentés sont désormais en fin de carrière. Une fois qu’ils seront partis, leurs connaissances et leur expertise seront perdues. Mais ne vous inquiétez pas. Ce guide a pour objectif de vous dire quoi faire lorsque vos spécialistes IBM i approchent de la retraite.